Tendinite Biceps

C'est le cas d'un souscripteur qui consulte son cas de tendinite dans le biceps brachial, du à l'activité en gymnase en levant des poids. Il ne parvient pas à se rétablir après 6 mois sans s'entraîner et le médecin lui a proposé d'infiltrer le tendon. Il demande si son traitement thérapeutique est correct et si il existe des alternatives à celui-ci.

Dans la pathologie des tendons de l'épaule, décrite dans notre article, nous avons cité la tendinite de biceps bien qu'en n'approfondissant pas la lésion pour des « exigences du plan ». En nous posant la question, nous pouvons résumer une réponse pour ce cas.

La portion large du biceps (qui comme indique son nom est un muscle à double ventre et avec deux tendons) s'écoule à travers le couloir bicipital, un canal situé dans l'humérus, et pénètre dans l'articulation gléno-humérale pour s'insérer dans le labrum, cette formation méniscoïde qui entoure le bord osseux de la cavité glénoïde. La lésion peut se produire dans n'importe quel point du parcours du tendon, même dans la cavité articulaire, donnant lieu aux complexes lésions de Slap qui demandent une réparation chirurgicale. Le cas qui nous est posé, par contre, se réfère à une irritation du trajet tendineux, à une tendinite proprement dite.

Il est facile de comprendre que le mécanisme de la tendinite provient d'un excès de travail. Le geste répétitif avec les poids est parvenu à enflammer le tendon. Il y des personnes qui sont plus susceptibles que d'autres à souffrir de ces troubles :

1/ par défaut technique dans le geste sportif

2/ par une anomalie anatomique qui altère la direction de traction tendineuse

3/ par une anomalie structurale, par défaut permanent des tissus ou par altération passagère de ceux-ci, du à une maladie généralisée.

La première mesure pour éviter la tendinite serait préventive, en préparant le muscle et le talon avec réchauffement et étirements, , en réalisant des exercices de difficulté progressive, tout en respectant la technique gestuelle et s'arrêtant dès la moindre gêne pour éviter la progression de la lésion. Quand elle est déjà produite, une large période de repos s'impose pour donner l'opportunité à la nature de récupérer spontanément, sans agressions. On peut aussi la faciliter avec une médicamentation anti-inflammatoire, relaxants musculaires et physiothérapie.

Si le patient ne se récupère pas malgré tous ces soins (dans beaucoup d'occasions le repos n'est pas respecté ou les normes de traitement), nous sommes dans le pire des cas, on se souffre de tendinite chronique et il cela est difficile de solutionner sur certains tendons, par exemple sur le biceps brachial. Il faut toujours penser à la possibilité que la dégénération tendineuse évolue jusqu'à rupture du tendon. Dans le biceps ce n'est pas impossible. Dans certains sports, suite à une rupture tendineuse, le ventre musculaire descend en produisant une altération anatomique très remarquée, avec la "boule" qui tombe dans le bras. En plus du défaut esthétique, une diminution de la force se produit bien que cela ne fasse pas mal.

L'infiltration aux corticoïdes et un anesthésique local une ou plusieurs fois, peut retenir le processus inflammatoire et résoudre le cas mais aussi cela peut augmenter les possibilités de rupture. C'est un processus à prendre en compte chaque fois que les risques soient assumés et qu'on se restreigne à trois ou quatre infiltrations.

Il existe de nouveaux procédés qui peuvent s'ajouter à l'arsenal thérapeutique. Depuis quelques années, on réalise des applications locales d'ondes de choc. Dans beaucoup de cas elles sont efficaces, avec un haut pourcentage de bons résultats sur les tendons comme celui de la manchette rotatrice, Achille et, parfois rotulien. Nous ne connaissons pas le résultat de son application sur le biceps brachial.

L'ozonothérapie est à la mode dans de multiples procédés traumatiques et pourrait même s'essayer dans ce tendon, du à son faible indice lésif mais nous ne disposons pas encore de référence quant à ses résultats.

artroscopia hombro rotura parcial tendon bicipital Enfin, dans des cas de douleur persistante limitant pour des fonctions élémentaires, la secton du tendon peut être indiquée, par chirurgie ouverte ou par arthroscopie, mais évidemment, ce n'est pas le traitement conseillé pour le cas qui nous est cité. Dans une inflammation tendineuse de cause sportive et résistante au traitement, on doit parcourir le listing des mesures que nous avons énoncé, et bien que l'exigence sportive arrive au niveau professionnel, il faudra oublier pour une longue période, l'exercice qui est la cause de la lésion.